Vos pratiques marketing sont-elles du spam ? De nouvelles directives peuvent vous aider

Publié par Emma le

Au cours de l’année dernière, l’Autorité australienne des communications et des médias (ACM) a infligé des amendes à de nombreuses entreprises pour avoir enfreint la loi anti-spam de 2003 (Cth). Bon nombre de ces infractions sont liées à des pratiques marketing laxistes et à des procédures lentes (consultez nos articles précédents sur la révision des paramètres marketing de votre entreprise et les sanctions en cas de violation des lois anti-spam).

Pour aborder le nouvel exercice financier, l’ACMA a publié une déclaration sur les attentes – Utilisation du consentement dans le télémarketing et le marketing électronique qui expose ses points de vue sur les exigences minimales à respecter pour se conformer à la loi anti-spam et à la loi sur le registre des numéros de télécommunication exclus de 2006 (Cth).

Par mesure de précaution, les entreprises devraient revoir leurs pratiques actuelles en matière de consentement et la manière dont elles collectent les données afin de garantir que les données collectées à une fin donnée ne soient pas utilisées à une autre fin sans consentement.

Pratiques responsables de télémarketing et de e-marketing

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des principales choses à faire et à ne pas faire selon la déclaration de l’ACMA.

Pour voir la liste complète, visitez le site Web de l’ACMA ici.

Conseil

Le consentement est requis avant l’envoi d’un e-mail à caractère marketing, quel que soit son contenu. Un e-mail demandant le consentement est soumis aux mêmes exigences qu’un e-mail commercialisant vos produits ou services.

Points clés à retenir

Plusieurs des actions récentes de l’ACMA ont été menées à la suite de plaintes de consommateurs. Si le nombre de plaintes de consommateurs est élevé, c’est le signe qu’il faut agir.

Outre le consentement, les entreprises doivent également tenir compte d’autres aspects liés au contenu et veiller à ce que les mécanismes de désabonnement soient fonctionnels. De plus, tout marketing non électronique peut être couvert par la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Outre le consentement, les entreprises doivent également aborder les questions liées au contenu et garantir des processus de désabonnement fonctionnels. De plus, il est important de noter que les activités de marketing non électroniques peuvent être couvertes par la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Catégories : Webmarketing

0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *